Camille GREGOIRE : Bruit de contact : identification du champ excitateur par méthode inverse

du 1er novembre 2016 au 30 octobre 2019

Laboratoires : LTDS (ECL) et LVA (INSA)
Directeurs de thèses : B.Laulagnet et J.Perret-Liaudet

Résumé:

Le comportement vibro-acoustique de structures excitées par des contacts frottants reste un enjeu majeur pour comprendre, estimer et éventuellement contrôler les niveaux de bruit rayonné, et ce dans de nombreuses situations comme les bruits de crissement, de craquement, de rugosité... Un des défis majeurs dans un problème de bruit de contacts est la connaissance des efforts normaux et tangentiels à l'interface des structures frottantes (sources excitatrices).
Cette thèse a pour but d’apporter un éclairage nouveau sur les efforts normaux mis en jeu au cours de glissements secs rugueux et faiblement chargés. D’abord à l’échelle du contact, nous cherchons à développer un moyen de mesure dynamique des efforts locaux à l’interface des surfaces antagonistes. A cet effet, un patin instrumenté permettant de mesurer ces efforts directement à l’interface de contact avec une surface rugueuse a été conçu, réalisé et validé expérimentalement.
A l’aide de ce dispositif, des essais de frottement sont réalisés afin de mieux comprendre la répartition spatiale des interactions dynamiques entre le patin et la surface sur une large gamme de fréquences, jusqu’à 10 kHz.
L’objectif finale à l’échelle de la structure sera de mettre au point une méthode inverse permettant de remonter à la localisation spatio-temporelle d’une excitation frottante mobile en partant de la réponse d’accéléromètres placés à distance du contact. Cette méthode pourra être validée en comparant les réponses fournies par le patin précédemment mis au point avec celles de la méthode inverse.